Le cercle vertueux des cinq leaderships intellectuels des Etats-Unis

23 octobre 2014

Le cercle vertueux des cinq leaderships intellectuels des Etats-Unis

[D]ans la Mind Map ci-dessus j’ai fait l’inventaire de ce que l’on peut appeler : « Les cinq leaderships intellectuels des Etats-Unis ». J’en ai déja cité trois dans les articles précédents : leadership universitaire, leadership de l’enseignement de la communication, leadership des N.T.I.C. J’en ajouterai deux : leadership de l’encyclopédie Wikipédia et leadership des entreprises liées à la communication. Je ferai ci-dessous, en ce qui concerne les trois premiers, un bref rappel de leurs caractéristiques et je donnerai, en ce qui concerne les seconds, quelques précisions.

Les trois premiers leaderships  sont des leaderships de base, ayant trait à la formation et à l’information, leaderships sans lesquels, les leaderships de la deuxième catégorie, que j’appelle leaderships technologiques, ne pourraient exister.

  • 1. Le leadership universitaire

On a vu précédemment que les Etats-Unis ne classaient pas moins, en 2013, de 17 universités dans les 20 premières  et de 52 dans les 100 premières. Ces informations proviennent du classement mondial annuel des 500 universités existantes, classement réalisé par l’université JIAO-TONG de Shangaî et que j’analyse en détail dans mon livre : « Les huit règles d’or de la communication« . Ce classement est souvent critiqué, notamment en France – la première université Française (Paris 6 – Pierre et Marie Curie) ne se classe que 37ème – mais tend néanmoins, d’année en année à s’imposer. Est-ce un effet du hasard, si antérieurement à ce classement les principales universités américaines étaient déjà connues dans le monde entier: Harvard, Standford, Berkeley, M.I.T., Caltech, Princeton, Columbia, Chicago, Yale ?

Mon opinion est qu’il faut se garder de considérer ce classement isolément et qu’il faut aussi prendre en compte, non seulement les deux autres leaderships intellectuels : celui de l’enseignement de la communication et celui de la création de  l’encyclopédie Wikipédia mais aussi et surtout les deux monopoles technologiques : celui des N.T.I.C. (Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication) et celui des premières entreprises mondiales liées à la communication.

Les trois leaderships intellectuels forment un ensemble cohérent qui couvre les différentes aspects de la formation et de l’information. Ils se renforcent les uns les autres.

En ce qui concerne les deux monopoles technologiques ne dit-on pas qu’il faut juger l’arbre à ses fruits ? Ces deux monopoles technologiques existeraient-ils si les trois monopoles intellectuels n’existaient pas ? N’y a-t-il pas une corrélation très étroite entre les uns et les autres ? Avons nous oublié qu’au siècle des Lumières la France détenait, elle-même, non seulement le leadership intellectuel et mais aussi le leadership scientifique ?

  • 2. Le leadership de l’enseignement de la communication

Nous avons vu dans le deuxième article que l’enseignement de la rhétorique puis de la communication a été, dans toute l’histoire des Etats-Unis, une cause nationale, la pierre angulaire de l’enseignement non seulement universitaire mais aussi secondaire et post scolaire et que le maillage de cet enseignement couvre l’ensemble du territoire des Etats-Unis, ce qui constitue vraisemblablement, un cas unique au monde. A la différence de la France, les Etats-Unis n’ont jamais oublié que la rhétorique, mère de la communication, n’est pas du tout une simple méthode d’art oratoire, mais bel et bien la principale méthode de pensée, laquelle avait règné pendant vingt-deux siècles et avait été pratiquée par les grands esprits de toutes les époques. Et que la communication en est l’héritière en ligne directe.

Il semble bien qu’il y ait un cercle vertueux entre cet enseignement de la communication aux Etats-Unis et le haut niveau de l’enseignement universitaire dans ce pays. Ce dernier favorise, à l’évidence l’enseignement de la communication, mais la pratique intensive de la prise de parole en public et du débat d’idées, ne favorise–t-elle pas elle-même le développement intellectuel et par voie de conséquence l’élévation du niveau universitaire ?

Il semble que la pratique de la communication et du débat d’idées soit devenue, chez les américains, une culture fortement ancrée, une seconde nature. N’est il pas très surprenant, par exemple, que les trois créateurs d’entreprises liées à la communication parmi les plus importantes : Apple, Microsoft et Facebook, aient été tous trois âgés de moins de trente ans lorsqu’ils ont créé leurs entreprises ? Et ce n’est sans doute pas des cas isolés.

  • 3. Le leadership de Wikipédia

Les Etats-Unis ne se contentent pas du leadership de la formation, ils ont aussi celui de l’information avec l’encyclopédie numérique Wikipédia dont ils sont les créateurs et, encore aujourd’hui, les principaux contributeurs. Sait-on que le site internet de Wikipédia est celui qui reçoit quotidiennement dans le monde, le plus grand nombre de connections ? C’est à dire plusieurs millions par jour ! Wikipedia est elle-même un univers, avec de nombreuses ramifications et des traductions en très nombreuses langues. Le thème de la communication y est traité, en pas moins d’une quinzaine de pages,avec de multiples renvois à des sujets connexes . Alors que les dictionnaires classiques français n’y consacrent que quelques lignes. Nous verrons dans le prochain article que ce leadership de l’encyclopédie Wikipedia ressemble fort au leadership de L’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert pendant le siècle des Lumières européen.

  • 4. Le leadership des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication

Le fait que les Etats-Unis soient les seuls créateurs des onze N.T.I.C., brevets à l’appui, et par voie de conséquence les seuls inventeurs de ce qu’il est convenu d’appeler la civilisation de l’information, ne doit-il pas nous interpeller ? Quand on sait, entre autres, les énormes investissements intellectuels qu’ont nécessité la mise au point des systèmes d’exploitation des ordinateurs ou encore celle de l’internet on ne peut s’empêcher de penser que cela aurait été impossible si les Etats-Unis n’avaient pas bénéficié des trois leaderships intellectuels, en premier lieu celui du haut niveau de l’enseignement universitaire, mais aussi celui de l’enseignement de la communication et du débat d’idées.

  • 5. Le leadership en ce qui concerne les principales entreprises liées à la communication

La création des principales entreprises liées à la communication comme Apple, Microsoft, Google, Oracle et Intel, pour ne citer que les cinq premières est, à l’évidence, la conséquence, la suite logique de la création des N.T.I.C. mais aussi celle des leaderships intellectuels. Ainsi le cercle vertueux des cinq leaderships intellectuels est-il bouclé.

No comments

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :