HYPERINFLATION : 7 SIGNAUX ROUGES, 6 SIGNAUX VERTS

HYPERINFLATION CAUSE

Cliquer pour agrandir

A la suite de l’article précédent : « Les 15 détonateurs potentiels d’une crise systémique » article dans lequel j’avais envisagé deux scénarios : l’hyperinflation et l’hyperdéflation, j’ai voulu préciser ici quels sont les risques de l’une ou de l’autre. La Mind Map ci-dessus est basée sur une description des causes de l’hyperinflation figurant dans Wikipédia sous le titre : « Des causes souvent liées au niveau d’endettement du pays ». Je renvoie le lecteur à cet article pour plus de précisions.

Wikipédia énumère 13 causes que j’ai reprises dans cette Mind Map en essayant de les classer dans deux catégories en fonction de leur probabilité dans les prochaines années soit sept causes déjà existantes, en rouge, et six causes qui ne sont pas réunies pour le moment, en vert.

Comme tout classement celui-ci comporte une part d’arbitraire. On pourrait estimer, par exemple, que « l’absence de régulation des changes » ou encore « le manque de transparence des comptabilités publiques » pourraient être classées parmi les causes existantes.

A l’inverse on pourrait considérer que « l’insuffisance des verrous de sécurité » n’est pas vraiment une cause existante, notamment à la suite de toutes les mesures de régulation des marchés financiers qui ont été prises consécutivement à la crise de 2008. Cependant il existe encore des lacunes importantes, notamment aux Etats-Unis, en ce qui concerne le « shadow banking » lequel tout en étant majoritaire dans le système bancaire n’est que très peu réglementé.

Autre précision : le cas de figure envisagé par Wikipédia est celui d’un état. Mais, compte tenu de la mondialisation, de l’interdépendance des économies et de l’hypothèse retenue, celle d’une crise systémique, il est clair qu’il faudrait envisager l’hyperinflation et l’hyper déflation au niveau mondial, notamment dans les principaux pays. Actuellement on sait que  la tendance à la déflation est celle qui prédomine. (Cf. Le tsunami déflationniste et le krach mondial des actifs).

1 – Pour le moment le risque d’hyperinflation semble nul

Les quatre signaux principaux suivants (signaux verts n° 3, 4, 5 et 6) montrent qu’aucun pays important, si l’on ne considère pas le Venezuela comme tel, n’est, actuellement en hyperinflation

  • Etat dans l’impossibilité d’emprunter à l’étranger
  • Impossibilité d’honorer le service de la dette
  • Indexation systématique des salaires / taux d’intérêt / prix
  • Baisse dramatique du niveau de l’épargne

2 – Cependant quatre conditions importantes de l’hyperinflation semblent d’ores et déjà réunies dans le monde entier (signaux verts n° 4, 5, 6 et 7)

  • Evolution déséquilibrée de la masse monétaire
  • Dette publique très importante
  • Niveau élevé d’imposition des ménages et des entreprises  (plus particulièrement en France)
  • Perte de confiance des acteurs financiers, notamment en ce qui concerne l’action des banques centrales.

Conclusion. Le déclencheur de l’hyperinflation : « un contexte politique d’exception »

Selon Wikipedia le déclencheur de l’hyperinflation est « un contexte politique d’exception », (signal rouge n°1). Pour illustrer ce concept l’encyclopédie numérique énumère quatre causes. On peut fort heureusement en éliminer deux actuellement : une « guerre internationale » et la « guerre civile« . Il en reste deux dont la principale et la plus plausible semble être l’aggravation de la « crise économique » commencée en 2008. Je renvoie à ce sujet le lecteur à mon précédent article « Les quinze détonateurs potentiels d’une crise systémique ».

L’autre cause serait une « catastrophe » dont l’importance serait de nature à déstabiliser l’économie mondiale. On peut penser, par exemple, au Brexit, à une forte accélération du dérèglement climatique ou encore à une quatrième catastrophe nucléaire qui accentuerait le déséquilibre déjà important du secteurs de l’énergie. 

 

No comments

Laisser un commentaire