Analyse stylistique et modification du tract électoral d’un député

29 juin 2017
root

Ceci est une brève analyse stylistique du tract électoral diffusé par Claude Goasgen, député du 16e arrondissement de Paris, à l’occasion du 2e tour de la récente élection législative. Je précise que Claude Goasgen n’a eu nul besoin de mes conseils : il a été réélu en dépit de la vague REM et cette analyse est postérieure à son élection !

 

 

 

 

 

 

Le tableau ci-dessous est la synthèse de cette analyse et des modifications que je propose.

Texte du tract Modifications proposées %
Nombre de paragraphes 6 6
Nombre de phrases 13 19 + 46%
Nombre de mots 229 235 + 2,6%
Nombre de phrases par paragraphe 2,2 3,2 + 45%
Nombre de mots par phrase 17,6 12,4 – 30 %
Figure de rhétorique 0 Anaphore (Une voix forte) + 100%
Thème : « une voix forte » 3 5 + 67%

Les modifications portent sur les deux points principaux suivants :

    1 ° – Remplacement des phrases moyennes (20/25 mots), longues (30/35 mots) ou très longues (40 mots et +) par des phrases très courtes (5/7 mots) ou courtes (12/16 mots). Les modifications du texte du tract figurent en rouge.

Les phrases courtes ou très courtes allègent le style tout en lui donnant de la vigueur. Elles sont plus claires, plus faciles à lire, et donc plus facilement compréhensibles. Les phrases longues ou très longues, encombrées d’incidentes, compliquent la lecture. Elles rebutent le lecteur, toujours pressé. C’est une litote de dire que les tracts électoraux sont souvent « lus » très rapidement !

    2 °- Ajout d’une anaphore. Le pitch, figurant au recto de ce tract est situé, sous une grande photo du candidat et son nom. Il s’agit de la phrase :

« UNE VOIX FORTE pour le 16e à l’Assemblée nationale ».

Le thème de la « voix forte » correspond bien à la forte personnalité du candidat. Il est repris trois fois au verso du tract, mais d’une manière dispersée et non accentuée.

C’est pourquoi on a renforcé ce thème par une anaphore commençant ainsi : Une voix forte… Une voix forte… (Cf. avant dernier paragraphe). Cette anaphore permet, semble-t-il, d’insister sur ce thème, de mieux le mettre en valeur, de mieux le relier aux autres passages du tract où il figure.

 

Encadré en début du verso du tract :

Cette VOIX FORTE (1) je l’ai toujours incarnée, par fidélité.

J’ai besoin de vous, de votre soutient.

Le 18 juin, mobilisez-vous et votez.

Madame, Monsieur,

Dimanche dernier, un Français sur deux n’est pas allé voter. Dans le 16e, plus de 32 000 électeurs ne sont pas déplacés pour choisir leur député.

[Cette situation est très préoccupante et traduit le profond malaise qui règne dans notre pays après le vote présidentiel où un électeur sur deux a choisi des mouvements extrémistes contre nos institutions]. [32 mots]

[Cette situation est très préoccupante.] [5 mots]. [Elle traduit le profond malaise qui règne dans notre pays après le vote présidentiel]. [14 mots]. [Un électeur sur deux a choisi des mouvements extrémistes contre nos institutions].[12 mots]

Personne ne remet en cause l’élection du président de la République. Néanmoins, le choix qui est le sien de créer un parti unique autour de lui constitue un danger. [Le pluralisme doit exister à l’Assemblée nationale, les différences doivent pouvoir s’y exprimer sans remettre en cause la stabilité de la République]. [24 mots]

Personne ne remet en cause l’élection du président de la République. Néanmoins, le choix qui est le sien de créer un parti unique autour de lui constitue un danger. Le pluralisme doit exister à l’Assemblée nationale. [8 mots].Les différences doivent pouvoir s’y exprimer sans remettre en cause la stabilité de la République. [16 mots]

De toute évidence, le président de la République disposera d’une majorité considérable à l’Assemblée nationale. Il est néanmoins important que puisse s’exprimer ce que nous représentons à droite et au centre, et tout particulièrement notre arrondissement.

Les problèmes du 16e je les connais comme vous. [Notre arrondissement aura besoin d’une voix forte à l’Assemblée nationale qui exprimera nos différences sur la fiscalité, la famille, la sécurité et n’hésitera pas à soutenir le gouvernement dans les réformes économiques et sociales qui sont un impératif pour notre pays].[44 mots]

Les problèmes du 16e je les connais comme vous. Notre arrondissement aura besoin d’une VOIX FORTE à l’Assemblée nationale [12 mots]. UNE VOIX FORTE qui exprimera nos différences sur la fiscalité, la famille, la sécurité. [14 mots]. UNE VOIX FORTE qui n’hésitera pas à soutenir le gouvernement dans les réformes économiques et sociales. [17 mots]. Celles-ci sont un impératif pour notre pays. [8 mots]

Cette VOIX FORTE je l’ai toujours incarnée, par fidélité. J’ai besoin de vous, de votre soutien. Le 18 juin, mobilisez-vous et votez.

Fidèlement, C. Goasgen (formule de politesse et signature non comptabilisées dans l’analyse. De même pour l’encadré)

Conclusion

Cette analyse stylistique semble assez significative malgré la brièveté du texte de ce tract. Ce dernier ne tient que sur une seule page. Il ne comprend que 6 paragraphes 13 phrases et 229 mots. Il est par la même déjà assez clair. On constate néanmoins qu’en n’utilisant que deux procédés stylistiques simples on peut obtenir une certaine amélioration de ce texte court. Il s’agit, on l’a vu, en premier lieu de la réduction de la longueur des phrases. La seconde amélioration consiste en l’utilisation de l’une des multiples figures de rhétorique : l’anaphore.

Il est toutefois clair que l’efficacité des figures de style et de rhétorique est d’autant plus importante qu’on les multiplie et que le texte est plus long. Plus le texte est long, plus l’attention du lecteur a tendance à faiblir et plus il faut la soutenir.

Je signalais, par exemple, dans un précédent article (2) que dans les grands discours des meilleurs orateurs américains contemporains, on trouve une figure de rhétorique presque à chaque ligne. Or ces discours sont beaucoup plus longs que le tract analysé.

Sur le plan pratique, soulignons l’importance de l’utilisation du compteur de mots, de phrases, de paragraphes, etc. du correcteur/dictionnaire Antidote. Il s’agit d’une aide indispensable pour qui veut améliorer l’efficacité de son style. C’est ce compteur qui permet d’analyser, entre autres, un critère essentiel : la longueur moyenne des phrases. (3)

  1. L’expression « Une voix forte » figurait en minuscules dans le tract. Je l’ai mise en majuscules afin qu’on puisse mieux la repérer.
  2. La longueur moyenne des phrases composant tous mes commentaires (c.a.d. hors tract) est de 16,2 mots.

No comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *