L’héritage, considérable, mais ignoré en France, de la rhétorique, mère de la communication

6 novembre 2014

8 règles d'or de la communication & rhétorique

  • 1 –Beaucoup plus qu’une simple méthode d’art oratoire, la rhétorique est une méthode de pensée à part entière qui a régné, sans partage, pendant vingt-deux siècles

Si, dans la forme, la rhétorique est de nos jours complètement obsolète et, pour cette raison, de compréhension  difficile, voire impossible, par les esprits d’aujourd’hui, son héritage demeure considérable  en ce qui concerne le fond : les cinq éléments principaux du discours rhétorique n’ont  pas pris une seule ride et demeurent des éléments clés de la communication. Cet héritage est couramment ignoré en France, mais  reste  l’une des bases de l’enseignement de la communication aux Etats-Unis (v. « The Power of Oratory in the United States »).

La minimisation du sens auditif dans l’enseignement à la suite de la suppression de la rhétorique n’est pas la seule raison du déclin de l’enseignement en France. En effet, la prononciation du discours, par définition l’objectif final de la rhétorique, était précédée, par quatre opérations intellectuelles essentielles, lesquelles portent encore des noms latins : inventio (trouver les idées), dispositio (structurer les idées), elocutio (écrire le discours) et memoria (mémorisez le discours) (v. partie droite de la Mind Map ci-dessus). Opérations qui,aujourd’hui, demeurent indispensables préalablement à toute communication. Le fonctionnement du cerveau humain a-t-il changé depuis les grecs et les romains ?

Je développe dans les « Huit règles d’or de la communication » que les fameuses N.T.I.C. dont on nous rebat les oreilles ne sont que des tuyaux, de la vulgaire plomberie, un contenant  certes indispensable et dont je fais, personnellement, avec plaisir, un grand usage, mais que l’essentiel est le contenu, c’est à dire ce que l’on met dans ces tuyaux. Contenu qui ne peut nous être procuré que par notre réflexion personnelle et non par un quelconque copié-collé. J’aurais beau réaliser la plus superbe des présentations, graphiquement parlant, sur PowerPoint, sur MindMap ou sur mon site internet, si je n’ai rien d’utile, voire d’intérêssant, à dire, cette présentation sera creuse, vide, sans intérêt. Comme dit élégament l’adage anglo-saxon :

« Garbage in, garbage out »

La rhétorique n’était donc pas une simple méthode d’art oratoire, mais bel est bien, une véritable méthode de pensée, la seule en fait correspondant à la réalité de notre fonctionnement intellectuel. Méthode de pensée qui a régné pendant vingt deux siècles, et qui était utilisée avec efficacité, non seulement par les plus grands esprits de toutes les époques, mais aussi par toute personne éduquée.

A ce sujet, l’une des principales préconisations de la méthode des « Huit règles d’or de la communication » est le retour en force du contenu, lequel, je viens de le dire, ne peut-être apporté que par notre réflexion personnelle.

Comme le dit bien Boileau, auteur de la seule définition exacte de la communication :

« Avant d’écrire ou de parler, apprenez à penser. Selon que notre pensée est plus ou moins obscure, notre communication sera plus ou moins claire »

Et quelques siècles plus tard, Jules Renard :

« Il ne peut y avoir, d’un côté, le fond, de l’autre, la forme. Une mauvaise communication, c’est une pensée imparfaite ».

En supprimant brutalement, d’un jour à l’autre, la rhétorique, on a donc commis une double erreur  fondamentale : psychologique et pédagogique. On a, véritablement, jeté le bébé avec l’eau du bain !

  • 2 – Concordance entre la méthode rhétorique et la méthode des « Huit règles d’or de la communication« 

Alors que mon livre, « Les huit règles d’or de la communication » était en cours d’impression et que le point de non retour était déjà largement dépassé en matière de modifications, je me suis aperçu, avec inquiétude, que je n’y avais pas dis un seul mot de la rhétorique ! Alors même que j’ai ensuite pris conscience que celle-ci est la mère de la communication actuelle ! Ceci s’explique par le fait que, dans mon esprit, la rhétorique était lettre morte et avait même une certaine connotation péjorative, les « rhèteurs » étant quelque peu considérés comme des manipulateurs en matière de communication. J’étais, moi-même, très opposé à cette utilisation dévoyée de la communication, à telle enseigne que « parler vrai » est l’un des quatre critères essentiels de la méthode des « Huit règles d’or de la communication ».

Pris d’un remord tardif, j’ai passé, depuis, un certain temps à analyser les apports de cette discipline. Au premier abord, et bien que j’ai aimé, en son temps, l’étude du latin et du grec, j’ai été très rebuté par la forme, tout à fait obsolète, de la rhétorique. Il faut bien voir que les principaux auteurs de la rhétorique sont les grecs et les latins et que, de ce fait, celle-ci est truffée de mots grecs et latins, qui ne nous parlent plus du tout. contrairement à des mots de langues vivantes comme l’anglais. Par ailleurs la tournure des phrases est très imprégnée des tournures de la phrase latine, ce qui n’arrange rien. En fait, la plupart des ouvrages de rhétorique traduits en français ne sont que de simples transpositions du grec et du latin et non de véritables traductions.

Cette démarche m’a conduit à comparer les cinq éléments du discours rhétorique aux « Huit règles d’or de la communication« . A ma grande satisfaction j’ai constaté une concordance totale ! Mais, ensuite, à ma grande déception, en y réfléchissant bien, cette correspondance ne m’est nullement apparue comme un quelconque trait de génie de ma part, mais tout simplement comme le résultante de différentes causes, cumulatives : l’étude du grec et du latin, associée à la lecture des grands auteurs rhétoriciens de l’antiquité, un professeur de français adepte intransigeant du plan, équivalent de la « dispositio » latine, l’intérêt particulier que je portais en classe de philosophie à la logique et à la méthode cartésienne, la lecture de grands auteurs classiques tels que Boileau, auteur, on l’a vu, de la seule définition exacte de la communication, la lecture, également, de certains auteurs américains tels qu’Antony Robbins, expert mondial es-communication, laquelle est la fille de la rhétorique, une année d’étude aux Etats-Unis où j’eu l’occasion de participer à des clubs de parole et enfin, last but not least, la confrontation de mes recherches, dans la deuxième partie de mon livre, aux cent vingt meilleures citations sur la communication des plus grands esprits de toutes les époques, dont nombre d’adeptes de la rhétorique.

La MindMap ci-dessus montre que chacun des cinq éléments du discours rhétorique concorde avec une ou plusieurs règles, pratiques ou de fond, de la méthode des « Huit règles d’or de la communication ». Ceci confirme, si il en était besoin, la pertinence de cette méthode  mais aussi celle de la démarche pédagogique américaine, pays dans lequel, on l’a vu dans les précédents articles, l’enseignement de la rhétorique n’a jamais été interrompu.

Enfin, tout ceci militerait,pour un retour en grâce de la rhétorique. C’est assez à la mode aujourd’hui et me semble très pertinent, mais à la condition sine qua non, à mon avis, que celle-ci soit véritablement traduite en français d’aujourd’hui et ne soit plus une simple transposition du grec et du latin.

N.B. On notera que l’art oratoire ou la simple prise de parole en public se situent, chronologiquement, en cinquième et dernière place des cinq étapes du discours rhétorique. Ce qui démontre bien; s’il en était besoin, qu’en matière de communication, comme pour tout travail, matériel ou intellectuel, la phase de la préparation est absolument essentielle. C’est la raison pour laquelle la préparation constitue la première des « Huit règles d’or de la communication ». L’une des principales erreurs que l’on puisse commettre en matière de communication est de ne pas consacrer suffisamment  de temps et de réflexion à la phase de la préparation. La phase de la préparation est, par exemple, on le conçoit, un élément essentiel de la réalisation de ce blog et des différents articles qui le composent. Il en est exactement de même pour la réalisation d’une présentation ou d’une conférence. Voir, à ce sujet, l’article : « Réussir une présentation ou une conférence avec Les 8 règles d’or, Mind Map, FreeDesktop Timer et Google »;

No comments

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :