Les cinq dysfonctionnements majeurs de la communication selon cinq experts

29 janvier 2015

Les cinq dysfonctionnements majeurs de la communication

Cet article est un court extrait des « Huit règles d’or de la communication ».

Les « Trois énormes lacunes » de la communication (v.cet article) ont des effets négatifs du haut en bas de l’échelle, y compris au niveau des grandes institutions de notre société : politique, économie et finances, médias, enseignement, et même les églises. C’est ce que je qualifie de « dysfonctionnements majeurs de la communication ». Dysfonctionnements qui sont analysés, dans cet article, par cinq experts différents. Il est clair que, par l’exemple et la contagion, ces dysfonctionnements se manifestent aussi dans une grande partie de la population.

1 – Politique – L’avis d’un grand serviteur de l’État

« La confiance est le ciment indispensable de l’action politique qui nous fait aujourd’hui défaut ». (Augustin de Romanet – Non aux trente douloureuses)

2 – Économie/Finances – L’avis d’un prix Nobel d’économie

« On se souviendra des combines et des trafics de l’industrie financière aux États-Unis comme de la grande arnaque du début du XXIe siècle ». (Joseph E. Stiglitz, Prix Nobel d’économie)

3 – Enseignement – Rapports du Sénat, du Ministère de la Défense et de l’OCDE

« Près de 20 % des 750 000 jeunes qui sortent chaque année du système scolaire sont sans diplôme du secondaire, soit environ 150 000 élèves. 21 % des jeunes de 17 ans convoqués dans le cadre de la journée d’appel à la défense ont des difficultés de lecture ». (Rapports du Sénat 2009 et Ministère de la Défense).

4 – Médias – L’avis d’un journaliste engagé

« Dans l’opinion, il pèse un discrédit, qui est souvent fort, sur les journalistes, souvent réputés être de connivence avec les puissants ». (Laurent Mauduit – Les imposteurs de l’économie)

5 – Églises – L’avis d’un éminent théologien, Père Bernard Sesboüé (Croire)

« L’effort d’actualisation et de modernisation du langage chrétien a été insuffisant. Il n’a pas suivi l’évolution de la civilisation. Les mots dont il se sert se sont trouvés marginalisés, sans prise réelle sur le langage courant ». (Père Bernard Sesboüé, jésuite, théologien)

No comments

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :