LES GILETS JAUNES ET LA VAGUE POPULISTE MONDIALE

LES GILETS JAUNES ET LA VAGUE POPULISTE MONDIALE

En complément de « Gilets Jaunes 2018 : Lehman Brothers 2008 ? » que j’avais publié le 17/12/18 et que de nombreux lecteurs ont déjà lu et que je remercie, on trouvera ci-dessus une Mind Map sur laquelle figurent les 13 pays touchés par ce qu’un article du Figaro international (cf. infra) qualifie de « vague du populisme ».

  1. Les treize pays touchés par la “ vague du populisme”

On constate que cette “vague” touche trois grandes zones : l’Europe d’ouest en est avec six pays depuis le Royaume-Uni et l’Italie jusqu’à la Turquie en passant par trois pays de l’Est, les Amériques du Nord et du Sud avec les U.S.A., le Mexique et le Brésil auxquels s’ajoute le Québec, et enfin l’Asie du Sud et du Sud-est avec l’Inde, le Pakistan et les Philippines.

On se trouve donc bien en présence d’une tendance planétaire encore que des pays très importants tels que la Chine et la Russie y échappent ainsi qu’un continent entier : l’Afrique

Selon l’article du Figaro, on retrouve chez les dirigeants de ces différents pays le même objectif : celui de “renverser le système”.

  1. Extraits de l’article du Figaro International

Cet article, intitulé le “Tour du monde des pays touchés par la vague du populisme” a été publié le 28/10/2018 par le Figaro International sous la signature de  d’Alexis Feertchak.

Il est très documenté et constitue une bonne source d’information pour qui veut se faire une idée de ce que recouvre le mot “populisme” et de l’extension de la “vague du populisme” dans le monde. En voici quelques extraits. Ceux-ci portent sur les principales caractéristiques de cette vague.

« Des Philippines aux États-Unis en passant par le Brésil, des dirigeants aux manières controversées promettent de « renverser le système ».

« Le mot « populiste » fait débat parmi les politologues. Certains le trouvent trop flou. Des concepts pouvant en partie recouvrir le même phénomène font florès, comme “démocratie illibérale” ou “démocrature” . Au-delà du vocable et malgré d’évidentes différences culturelles selon les pays, des problématiques communes émergent en matière de sécurité, d’immigration, de paupérisation des classes moyennes, de peur de la mondialisation et du déracinement ».

« Dans tous ces pays (Royaume-Uni, Hongrie, Pologne, République tchèque, Italie), il y a quelque chose de fondamentalement commun. Ils illustrent une même tentative de repli sur soi, à l’image d’une forteresse assiégée. C’est la grande différence avec les fascismes des années 1930, foncièrement expansionnistes ».

« Les dirigeants contestataires non occidentaux sont encore unis – pour la plupart – par un même rejet d’un Occident dominateur et défendent l’avènement d’un monde multipolaire ».

“Le populisme est toujours un mouvement initié par des élites qui sont à la marge du système et qui essaient d’en occuper le centre”. (Citation de Dominique Reynié).

On retrouve dans ces extraits des thèmes chers aux “Gilets Jaunes” tels que ceux de la « peur de la mondialisation », du « déracinement » et de la « paupérisation des classes moyennes ». Par contre, nous n’y avons pas retrouvé ceux de “concentration excessive des richesses” ni de « démocratie directe par le peuple ».

On se souvient par ailleurs que dans “Gilets Jaunes 2018 : Lehman Brothers 2008 ?” je mentionnais la « concentration excessive des richesses » comme principale cause des grandes crises économiques. Un article publié par Oxfam International le 22 janvier 2018, article qui connait un grand retentissement dans les médias, revient sur ce phénomène. Précisons que, selon les chercheurs qui se sont intéressés à ce dernier l’expression “concentration excessive des richesses” doit s’entendre au sens propre c’est à dire d’une concentration anormale, extraordinaire. Il ne s’agit pas d’une Xe version de la théorie égalitariste prônant l’égalité absolue des citoyens en matière politique, économique et sociale.

Conclusion. “Grand débat” ou guerre civile ?

N‘est-il pas frappant de constater que dans plusieurs pays touchés par la “vague populiste” certains gouvernements au pouvoir sont des gouvernements à forte tendance autoritaire, voire des “démocraties illibérales” ou des “démocratures”? On en a des exemples dans le monde entier. En Europe même avec la Hongrie et Victor Orban ainsi qu’avec la Turquie et Recep Erdogan, en Amérique du Sud avec le Brésil et Jair Bolsonaro, en Asie avec les Philippines et Rodrigo Duterte. Ce dernier s’est rendu célèbre au cours de sa campagne présidentielle par cette phrase emblématique que ne renieraient pas semble-t-il, d’après leur biographie, l’ex capitaine Bolsonaro et Recep Erdogan :

Oubliez les droits de l’homme, si je deviens président, ça va saigner ! “

Et il a été élu !

Ne peut-on donc s’inquiéter devant le climat de haine, de violence, d’intimidations de toutes sortes, y compris des menaces de mort, d’intransigeance et de refus absolu de dialogue, observé chez une partie non négligeable des Gilets Jaunes, climat dangereux qui n’est pas sans évoquer la lutte des classes, la guerre civile ou les gouvernements “autoritaires” ? L’histoire n’a t-elle pas amplement montré il n’y a pas si longtemps à quelles récupérations, à quels marchés de dupes, à quelles confiscations du pouvoir et finalement à quelles catastrophes le populisme et la “démocratie directe” pouvaient conduire ? Les 50% des Français qui, selon les plus récents sondages, soutiennent encore les Gilets Jaunes l’auraient-ils oublié ? Certain parti extrémiste qui fait aujourd’hui très habilement patte de velours n’est-il pas déjà en bonne position pour tirer les marrons du feu aux prochaines élections ?

Tout ceci n’enlève rien à la légitimité de certaines exigences du mouvement des Gilets Jaunes dans son ensemble notamment en ce qui concerne le pouvoir d’achat et la représentativité électorale. Espérons que le “Grand débat” initié par le Président de la République, en libérant la parole, restaurera un véritable et par là même fructueux et salvateur dialogue.

 

Print Friendly, PDF & Email
%d blogueurs aiment cette page :